John Wayne, un homme, une légende


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Staline a t'il voulu tuer le Duke ????

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Staline a t'il voulu tuer le Duke ????   Mer 20 Juin - 15:08

Trouvé sur le net.


Citation :


Staline voulait la peau de John Wayne

Dans son prochain livre à paraître, l'historien britannique Micheal Munn révèle que le "petit père des peuples" avait ordonné l'assassinat du plus célèbres des cow-boys anti-communistes: John Wayne! Selon lui, Staline avait engagé deux expatriés ukrainiens qui avaient réussi à s'introduire dans la loge du "Duke" dans les studios de la Warner à Hollywood. Ce serait le FBI qui aurait sauvé la vie de John Wayne in extremis. Dans un entretien au Sun, Mann a également déclaré que si le FBI avait échoué dans sa tâche, John Wayne aurait lui même renvoyé les assassins en URSS dans des boîtes en bois::smithandwes: haha . L'ordre d'assassinat de l'acteur a été levé par Nikita Kroutchev en 1953 à la mort de Staline, car John Wayne était l'acteur préféré du nouveau numéro un soviétique!

Heureusement que Kroutchev avait meilleur gout que Staline lol! lol!




:godbless:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Vixare
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 326
Age : 29
Localisation : Lincoln County
Emploi : étudiant
Loisirs : western-ciné-foot
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Staline a t'il voulu tuer le Duke ????   Mer 20 Juin - 22:50

cela serait sûrement une des nouvelles explications de " l' engagement trés strict anti-communiste" du Duke ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum
lemmy
Cowboy
Cowboy


Masculin
Nombre de messages : 73
Age : 47
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: Staline a t'il voulu tuer le Duke ????   Mar 18 Mai - 21:13

Pas mal d'articles, tirés d'infos ce livre, détaillent ces tentatives d'assassinat (si elles ont été réelles) sur le Duke (par Staline, puis par Mao !) et ses réactions : Comme celle d'avoir le projet d'enlever les tueurs en question, de les emmener sur une plage et de leur faire un simulacre d'éxécution ou du moins de les menacer très fortement, l'a-t-il fait ?, en tout cas les deux tueurs présumés sont devenus par la suite des agents du FBI. Ou de déclencher une bagarre énorme dans une cellule communiste infiltrée par ses amis cascadeurs.

Des articles :

http://www.guardian.co.uk/world/2003/aug/01/film.russia
(article très précis sur ces circonstances)

http://reason.com/archives/2003/08/07/gunfight-at-the-stalinist-corr
(pourquoi Staline aurait-il ordonné la mort de Duke ?)

http://www.telegraph.co.uk/culture/3618310/Why-Stalin-loved-Tarzan-and-wanted-John-Wayne-shot.html
(cet article passionnant creuse la question et se fondant sur un autre ouvrage basé sur des archives du politburo indique l'importance des films pour un Staline tout-puissant, ainsi que les goûts cinématographiques de Staline qui aimait les westerns, dont ceux de Ford et Wayne, et était fou de Weissmuler et des Tarzan; après une projection il aurait dit qu'il fallait éliminer Wayne, ennemi de la cause communiste)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: Staline a t'il voulu tuer le Duke ????   Jeu 22 Mar - 7:15

Que cache la cinéphilie des hommes politiques?

19/03/2012








C’est une tradition internationale en temps de campagne présidentielle : les candidats s’affichent cinéphiles, sortent leur liste de films vus et/ou préférés (après celle de signatures de maires), montrent qu’ils ont du ou des goûts, qu’ils sont des consommateurs culturels comme leurs électeurs.

Par on ne sait quel calcul ou préjugé, le résultat est souvent cocasse, inattendu. Au Grand Journal de Canal Plus le 15 mars, François Bayrou, midinette, avouait être fan de Coup de Foudre à Notting Hill. Même émission le lendemain, Nicolas Sarkozy transformait le plateau de Michel Denisot en ciné-club en martelant sa passion pour Carl Theodor Dreyer, extrait à l’appui d’Ordet (« qui m’a fait pleurer ») : l’acmé d’une série de révélations sur la cinéphagie/cinéphilie du président-candidat, qui regarderait cent films par an, de préférence des auteurs hardcore comme Pasolini, Visconti, Rossellini ou Bergman.

La cinéphilie comme autoportrait

Lâcher sa liste de films, c’est dessiner un autoportrait en creux de l’homme politique à l’usage de tous. J’aime ces films parce qu’ils (s)ont un peu de moi. Ainsi, même si ce n’est jamais évoqué dans la biographie très officielle, très technicolor, très over the rainbow du défunt Kim Jong-Il (un double arc-en-ciel est apparu à sa naissance tout de même), on n’est pas vraiment surpris de le savoir fan de Vendredi 13. Le Parrain de Francis Ford Coppola a pour admirateurs Saddam Hussein et Barack Obama, tous deux lucides sur les dangers du pouvoir bien que très politiquement opposés. Bill Clinton aime American Beauty de Sam Mendes, l’histoire d’un type à l’épouse ambitieuse et qui fantasme sur des femmes plus jeunes que lui.

Le western rassemble quand à lui tout le spectre politique avec ses thèmes de la loi et l’ordre ou de la conquête d’un territoire : Staline était fan de John Ford et John Wayne, même si l’anticommunisme notoire du Duke le pressait d’exiger son assassinat – un plan avorté par Nikita Khrouchtchev. Ronald Reagan et Clinton adorent Le Train Sifflera Trois Fois. Raymond Barre aimait L’Homme qui tua Liberty Valance.

Parfois, l’autoportrait est un peu plus flou : Tony Blair, selon son épouse, est fan des Rush Hour avec Jackie Chan et Owen Wilson. George W. Bush a un faible pour Austin Powers : L’espion qui m’a tiré (en fait non, cela fait sens à la lumière du boulot de la CIA pour justifier l’invasion de l’Irak). John McCain, candidat républicain malheureux contre Obama en 2008, est une groupie crypto-révolutionnaire avouée d’Elia Kazan, et plus particulièrement de Viva Zapata !, le biopic sur le héros national mexicain avec Marlon Brando sous le sombrero. L’écolo Al Gore aime Tron (l’original de 1982) – parce que ses courses virtuelles de moto n’ont pas d’effet sur la couche d’ozone ? Et ce soir, au tour de François Hollande de passer au Grand Journal. Va-t-on le découvrir fan de Paul Verhoeven ?

Sarkozy vs Dreyer

Et Nicolas Sarkozy et Ordet alors ? Au Grand Journal, il y affirmait, exalté comme un prêcheur, que le film était « le cinéma dans sa quintessence, c’est noir et blanc, c’est vraiment beau, c’est de l’émotion ». Un peu court pour que le président-candidat exige son siège au Masque et la Plume ou au Cercle : il s’exprime comme un tourisme lambda lisant à voix haute les lieux communs dans son guide, devant la Joconde.

On aimerait pourtant bien l’entendre commenter Dreyer au-delà du « c’est beau, ça me touche » et de « le génie, c’est donner de l’émotion », un peu comme Bill Clinton conversant longuement avec le critique US Roger Ebert de Fight Club, Casablanca ou Les Rois du Désert. Ou même Saddam Hussein, vraiment obsédé par la famille Corleone, qui avait sa propre analyse d’une scène du Parrain : « lorsque Michael Corleone (Al Pacino) révèle à Kay (Diane Keaton) l’histoire de son père Vito (Brando) menaçant un homme, elle est dégoûtée, mais c’est un sentiment superficiel car elle est en fait excitée par lui et par l’idée que Michael deviendra un jour le Parrain. » On n’aurait pas écrit mieux.

Risquons-nous au portrait de Nicolas Sarkozy via Ordet (photo plus haut). On rappelle que le film (1955) de l’austère danois Dreyer dresse un portrait de la famille Borgen (aucun rapport avec la série politique) vivant à la campagne. Son patriarche Morten, a trois fils : l’aîné Mikkel, marié à la gentille Inger, pas croyant ; le benjamin Anders, amoureux de Anne, fille du tailleur local et accessoirement chef d’une secte protestante plombante (« vous avez des têtes de croque-mort », lui dit Morten), qui refuse l’union.



Et il y a Johannes, l’étudiant en théologie « devenu fou à cause de Kierkegaard », qui erre dans le coin en se prenant pour Jésus. Il se passe des choses très importantes dans Ordet (la lumière est sublime, le vent souffle, les vaches meuglent), mais allons directement à la fin car Nicolas Sarkozy la spoile tranquillement. Parce que c’est sa scène favorite : Inger est morte, Johannes demande simplement à Dieu de la ressusciter, ça marche et tout le monde se retrouve dans la foi.

Clairement, Nicolas Sarkozy ne se retrouve ni dans Morten, le riche proprio qui aime le café, les cigares et offre des oies comme cadeau de Noël, ni dans Merk… pardon Mikkel, ni dans Anders. C’est Johannes (en français : Jean) qui a toute son attention, « le fou, l’idiot, le simplet qui a raison, qui dit « si les enfants le veulent, Dieu le voudra ». Un programme politique ultrasimple de France Forte, contre les tièdes, où le volontarisme triomphe de tout, réconcilie les camps opposés et fait lever les morts.

Mais le vrai centre de gravité d’Ordet, dont la vie, la mort et la résurrection font et défont la famille, est, comme souvent chez Dreyer, une femme : Inger, pilier du clan, ferme et diplomate, sensuelle et spirituelle (quand on dit à son mari que son âme repose au paradis, celui-ci répond qu’il « aimait aussi son corps »), apaisant Morten avec des gâteaux faits maison ou la promesse d’un petit-fils. C’est nul doute beaucoup moins flamboyant, polarisé que Johannes l’illuminé.

Le cinéma de Dreyer était selon ses propres termes celui de la « mystique réalisée », une réconciliation symétrique du corps et de l’âme, du visible et de l’invisible. Soit un programme plutôt centriste (et là, oui, cela a plus de rapport avec Birgit, la Première Ministre centriste de Borgen).

Par contre, on voudrait bien entendre Nicolas Sarkozy évoquer Gertrud du même Dreyer : en gros, l’histoire d’une chanteuse (d’opéra) mariée à un avocat/politicien ambitieux. Qu’elle décide de quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Staline a t'il voulu tuer le Duke ????   

Revenir en haut Aller en bas
 
Staline a t'il voulu tuer le Duke ????
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Staline a t'il voulu tuer le Duke ????
» Desperate Housewives
» Cadre jaune pour Reese
» Avis à l'enfoiré qui a voulu tuer mon forum
» WIP du capitaine Flam par Duke Fleed

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
John Wayne, un homme, une légende :: John Wayne. :: L'homme, la légende, le mythe.-
Sauter vers: