John Wayne, un homme, une légende


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La rivière rouge - Red River - 1948

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Mer 6 Mar - 13:58

5 raisons de (re)voir La rivière rouge

Par Thomas Baurez (Studio Ciné Live), publié le 04/03/2013 à 19:50

En 1948, le grand Hawks signe son premier western et réinvente le genre. Complexe, épique et tragique, cette Rivière rouge porté par un troublant John Wayne sort pour la première fois en Blu-Ray. Plongé au coeur d'un mythe.


LA RIVIERE ROUGE - Complexe, épique et tragique, cette Rivière rouge porté par un troublant John Wayne sort pour la première fois en Blu-Ray.
DR

Le long de la rivière

Comme le rappelle la voix-off, nous sommes en août 1851. Arrivé aux abords du Texas, Tom Dunson (John Wayne) quitte sa bien-aimée et un important convoi pour continuer la route seul. Le cowboy entend s'approprier une terre et y établir son propre ranch. Malheureusement, si son son troupeau ne cesse de grandir au fil des ans, l'aridité des plaines texanes l'oblige à prendre la direction du Nord le long du Rio Grande. Il part aidé d'une bande de vachers en direction du Missouri. Le périple va s'avérer périlleux, d'autant que ses hommes doutent peu à peu de la raison de Dunson. Le jeune Matthew Gart (Montgomery Clift) décide bientôt de prendre le commandement du convoi et dépossède Dunson de son rêve.

Le nouveau western

Le cinéma américain est réellement devenu adulte en 1941 avec les sorties conjointes de Citizen Kane de Welles, réflexion vertigineuse sur le sens de la narration et Le Faucon Maltais d'Huston, premier film noir de l'histoire. Pour le western, il faudra attendre 1948 avec cette Rivière rouge d'Howard Hawks.


Howard Hawks donne ses indications sur le tournage de La rivière rouge qui sort en Blu Ray chez Wild Side.
DR
Hawks, 42 ans à l'époque, était loin d'être un bleu: Scarface, L'impossible Monsieur Bébé, Le grand sommeil..., il a sublimé tous les genres. Jusqu'ici pourtant point de western. Comment ce cinéaste préoccupé par la complexité humaine allait-il filmer les décors grandioses du Far West et les inévitables séquences de cowboys et d'indiens? En resserrant justement son cadre sur ses personnages et leurs zones d'ombre. A commencer par Tom Dunson (John Wayne), sorte de capitaine Achab, aveuglé par une impossible quête.

John et Monty

"Howard, jamais ça ne va marcher. Jamais ce môme ne pourra se mesurer à moi! " En voyant débarquer aux essais le jeune Montgomery Clift avec sa gueule d'amour, le solide John Wayne ne voyait pas comment le duel entre leur personnage allait être crédible. Pourtant le " môme " allait bluffer son monde par une autorité évidente et la finesse de son jeu. Sans essayer de jouer les durs, Monty laisse peu à peu monter en puissance le caractère de son personnage, bientôt agacé par le comportement suicidaire de ce père de substitution. A l'heure de l'inévitable émancipation, le jeune Matthew le laissera donc en rade sans ménagement, éclipsant de fait, Wayne du cadre. En voyant La rivière rouge, le cinéaste John Ford mentor de Wayne aurait dit à Hawks que jamais il n'avait pensé que le Duke soit capable d'autant de complexité dans son jeu. Quant à Montgomery Clift, ce premier rôle bigger than life allait lancer sa fulgurante carrière.


John Wayne, Montgomery Clift: "Jamais ce môme ne pourra se mesurer à moi! "
DR
La folle course du temps

Après le matriciel La rivière rouge, Hawks signera quatre western dont le définitif Rio Bravo en 1959. Cette Rivière rouge affirme un sens prodigieux de la mise en scène. Ainsi l'ouverture qui voit Wayne dire adieu à sa promise dans un décor de rêve place d'emblée le récit sur un mode tragique et une innéluctable noirceur. Le tout executé avec une économie de plan, sans pathos. Un peu plus loin, Hawks signe l'une des élipses les plus réussies de son cinéma. Nous voyons Wayne se projeter dans le futur en exposant son rêve. De retour à la réalité, les personanges ont vieilli de 10 ans. Wayne a les cheveux blancs et le jeune garçon est devenu Monty Clift. Ce tourbillon spatio-temporel exprime à merveille la folle course du temps en même temps qu'elle semble bloquer les perspectives du héros. Du grand Art!

Director's cut

La présente édition Blu-Ray propose deux versions du film. La première et la plus longue (133 minutes) est celle qui est sortie sur les écrans américains en 1948. Sans voix-off, le récit était illustré par la lecture d'un livre censé retracer les évènements. Hawks jugeant que l'effet ralentissait l'action coupa dans le vif et demanda à son acteur fétiche Walter Brennan d'accompagner la narration de sa voix nasillarde. Exit également des séquences de chevauchés peu crédible tourné en studio ou plusieurs scènes trop illustratives. Ce travail de montage fait l'objet d'un décryptage dans l'un des bonus. La présente édition est également accompagnée d'un livre écrit par le fidèle et précieux Philippe Garnier : Howard Hawks à la conquête du western.


DR
La rivière rouge (Red River). Coffret Blu-Ray, DVD: 24,99 euros. Wild Side. Sortie le 6 mars.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Jeu 14 Mar - 10:14

http://www.telerama.fr/cinema/la-riviere-rouge-ressort-en-dvd-et-blu-ray-et-c-est-un-chef-d-oeuvre,94509.php

Source télérama :

:"C'est bien la peine d'avoir des écrans de télé de plus en plus géants, du hardware infiniment sophistiqué : quand on glisse dans la machine le beau blu-ray soigneusement désempaqueté, on hérite d'une image presque carrée, en noir et blanc, et ridiculement... en 2D. Bêtement, on se plaint de ça intérieurement en commençant La Rivière rouge, d'Howard Hawks, opportunément réédité (et en grandes pompes) par Wild Side. Preuve que, quel que soit le niveau de notre cinéphilie – vous n'allez pas douter de la mienne, quand même ! – le temps fait son sale office, la technologie nous avale tout crus, et que, même inconsciemment, matériel moderne appelle contenu contemporain. Quelle bêtise !

Mais on se rachète illico en trouvant le film irrésistible, toujours prenant, voire incroyablement émouvant. Le cinéma ? C'est bien l'histoire de types qui se battent pour attraper les spectateurs, ne plus les lâcher, et Howard Hawks gagne toujours à la fin... On doit surmonter, au début, l'impression de connaître trop bien les enjeux du film, et du western en général, pour se laisser happer, cueillir comme au premier jour – comme si l'on n'avait pas vu une escouade de John Ford et dévoré tout Lucky Luke. Mais La Rivière rouge, sorti en 1948, n'est pas qu'un très bon film de genre : il relance le western, majoritairement routinier avant lui et avant-guerre, pour en faire un genre d'une richesse et d'une complexité étonnantes.

Pourtant, La Rivière rouge est une épopée bovine. Le héros en est un convoi de 10.000 vaches, qu'un éleveur du Texas tente d'emmener vers le Missouri. La guerre de Sécession a laissé son Etat hagard, le cours du bœuf a chuté : un peu à l'Est, côté Missouri, Kansas, on s'arrache la viande à bon prix. Commence le récit d'une transhumance à marche forcée, au cours de laquelle l'éleveur en question – John Wayne, minéral – maltraite un peu trop ses garçons-vachers. Son second, disciple et fils spirituel, est obligé à mi-chemin, après une flopée de péripéties – dont une panique bovine meurtrière, un « stampede », selon l'expression « cowboyesque » – d'organiser la mutinerie de la petite troupe contre son piètre manager. Le n°2, c'est Montgomery Clift, dans l'un de ses premiers rôles : il est assez bluffant de retenue, de mesure, face au roc Wayne, au point de dominer le film de son regard aigu, de sa force tranquille.

Le récit ne se limite pas à cet affrontement – qui est aussi celui de deux époques de la société américaine, le pionnier dur-au-mal face à son successeur plus policé – mais le duel en question, d'abord en sourdine, puis tangible, en est un des plaisirs constants, grâce aux comédiens. On y lit la thématique hawksienne par excellence, l'amitié masculine, entre solidarité et rivalité. La Rivière rouge est bien un film de compagnonnage avec les ingrédients qu'Hawks aimait à y ajouter, humour, ironie, cruauté, au gré des seconds rôles. Et comme souvent dans cet univers masculin, les femmes ont un rôle court mais décisif : la belle Joanne Dru à droit à deux grandes scènes, l'une avec Monty, l'autre avec le Duke, qui montrent à quel point l'héroïne hawksienne est (presque) un homme comme les autres, prompte à la répartie, dure en affaires. L'ensemble est infiniment savoureux."

:"Comme souvent chez Wild Side, ces gens aimant leur métier, l'objet est soigné, accompagné d'un livre signé Philippe Garnier. L'historien-journaliste est égal à lui-même, c'est-à-dire tellement tenté par les digressions – chaque nom propre induisant un récit dans le récit – que le texte aurait gagné à être un poil raccourci, en tout cas à commencer plus vite : mais son travail reste une mine d'infos sur le making of de ce futur classique, notamment sur le tournage en Arizona, les rapports entre les acteurs, ou le jugement de John Ford sur le jeu de John Wayne : « Je ne savais pas que ce grand nigaud savait jouer ». Vraiment ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Mar 26 Mar - 12:42

Chronique DVD : Red River de Howard Hawks


Chronique DVD : Red River de Howard Hawks hiMedia
Jusqu'à aujourd'hui, à moins d'un heureux hasard, la seule façon de voir Red River de Howard Hawks, présentait une double injustice : en DVD, une copie tout juste passable, en salle ou à la TV, ou sur ce même DVD, le film était uniquement présenté dans sa version longue.

Car oui, il existe bien deux versions de Red River. Un montage de 133 minutes, où la narration est contenue dans un livre, qui apparaît à intervalles régulier au cours du récit et vient décrire l'action qui va suivre. Un montage toujours détesté par Hawks lui même, qui prétendait ne même plus savoir comment ni pourquoi cette version avait été tournée. Et une version plus courte donc (126 minutes) qui présente non seulement un montage plus resserré, avec la suppression de quelques scènes, mais aussi une partition musicale plus sobre (exit les choeurs de cow-boys qui alourdissaient l'ensemble) et surtout où le livre n'apparaît plus, la narration passant alors par une voix off, celle du personnage de Groot (interprété par Walter Brennan). Une double injustice enfin réparée aujourd'hui, avec ce superbe coffret qui présente le film dans ses deux versions, en HD, sur double support DVD et Blu-Ray. Une version Blu-Ray que nous n'avons pu malheureusement tester mais que l'on sait impeccable.

Un Director's Cut plus court donc que sa version initiale. Plutôt rare au cinéma. Mais peu étonnant lorsque l'on connaît le souci de fluidité du récit cher à Hawks. Maitre de la concision et du rythme, il n'aime pas les films trop illustratifs, trop démonstratifs. Voire trop bavards. Cela peut surprendre de la part du cinéaste qui signa La Dame du vendredi (1940), et ses dialogues fusant à un rythme fou, étourdissant, ou Le Grand Sommeil et son intrigue incompréhensible. Mais c'est justement probablement à partir de Red River, que le cinéma de Hawks va peu à peu tendre à l'épure, à la simplicité. Le cinéaste de l'évidence cher à Jacques Rivette. Celui qui tourne à hauteur d'homme et qui fait preuve d'une rare empathie pour ses personnages. Enchainer les scènes et développer ses personnages, avec leurs complexités, leurs ambiguités. Voilà bien le propos de Red River.

Car si le film conte l'épopée de la mythique ChisholmTrail - un vaste troupeau poussé par une trentaine d'homme sur plus de 15000 km - Hawks s'intéresse finalement assez peu à la destinée et privilégie l'étude psychologique. Certes, il reste aussi un maître dans les scènes d'action ; et cette manière si subtile de faire monter la tension précédant celles-ci. Pour preuve cette séquence de stampede (affolement du troupeau qui part dans tous les sens, écrasant tout sur son passage) tout à fait spectaculaire.

Laconique, sans artifices, Red River fait partie de ces premiers westerns «adultes», ceux de la rénovation du genre, à partir du milieu des années 40, plus «psychologiques». C'est d'ailleurs aussi un rôle pivot pour John Wayne, qui pour la première fois campe un personnage plus âgé qu'il n'était au moment du tournage, surtout beaucoup plus sombre que ceux qu'il interprétait jusqu'alors. Un homme marqué, dur, exigeant et violent, qui peu à peu va sombrer dans la tyrannie et la folie. Il faut le voir fouetter ou abattre de sang-froid l'un ou l'autre de ses hommes, se rachetant simplement une conscience en évoquant les prières qu'il dira au petit matin pour eux. Un des premiers grands rôles émouvant de Wayne. Comme une révélation, même pour John Ford qui par la suite offrira au «Duke» des rôles avec autant de profondeur (La trilogie de la cavalerie, La Prisonnière du désert...). D'ailleurs il faut noter que nombre de seconds rôles ici, font partie du cercle rapproché de John Ford. Face à lui, le tout jeune Monty Clift, dont c'est le premier rôle au cinéma et qui fera de lui immédiatement une star. Un jeu tout en retenue, en regards, et de ces petits gestes dont Hawks avait le secret : sa manière de passer son index sur son nez, de mâchouiller un brin d'herbe, de toujours rouler les cigarettes de Dunson (John Wayne)... Car c'est bien d'un affrontement entre les deux hommes dont il s'agit. Ou plutôt comme souvent (toujours?) chez Hawks, une histoire d'amour (filial ici) entre deux hommes qu'une femme va venir bousculer. Une histoire d'amour à mort, drame presque shakespearien au milieu d'un décor naturel impressionnant.

Un drame au ton sec et ironique, où pointe l'humour (le dentier partagé de Groot...) et où le sous-texte sexuel est fort, une habitude chez Hawks : la fameuse scène de comparaison de leurs «pistolets» entre Monty Clift et John Ireland (connu pour être l'un des acteurs hollywoodien les mieux gâtés par la nature). Ou celle d'une impertinence rare pour l'époque ou Dunson demande à Tess (Joanne Dru), - «danseuse» mais personne n'est dupe de sa véritable profession - de pivoter sur elle même, et la jauge comme du bétail avant de lui proposer un drôle de marché : lui donner un fils en échange de sa fortune. Un personnage féminin finalement plus mûr que ces hommes débordants de virilité, une femme grâce à laquelle l'amour va enfin émerger.

Il faut voir et revoir Red River, aussi pour cette superbe photographie, enchaînant scène de nuit et de jour. Ou ne serait-ce que pour cette séquence d'adieu au début du film, qui ressemble tant à une scène de fin. Un homme et une femme, au milieu de la nature, sans artifice. Toute la poésie de Hawks est là.

A noter que le film est accompagné d'un livre de Philippe Garnier, La Conquête du Western par Howard Hawks, sur l'histoire du tournage. Comme toujours chez Garnier ça croustille d'anecdotes utiles et futiles, c'est rempli de références, de traits d'humour, c'est érudit, passionnant, drôle, indispensable, très loin des critiques compassés dont il a horreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Cochise29
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 29/06/2013

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Mer 17 Juil - 14:33

Très bon film enfin sorti en support numérique.
La différence entre le DVD et le Blu-Ray n'est pas criante, loin de là, heureusement qu'il n'y a pas eu à faire le choix.

Le livret est très intéressant pour connaitre les dessous (de table) de la production d'un film.La couverture du boitier est à la fois belle et injuste. John Wayne n'a pas été trahie dans le dos.

Avis film : Nous retrouvons dans ce film des acteurs et actrices qui nous sont familiers et dont la doublure française n'est pas trahie. Quel plaisir de retrouver le compagnon Walter Brennan !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truegrit.fr.gd/
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Mer 17 Juil - 15:39

Cochise29 a écrit:
La rivière rouge (DVD 2013 et Blu-Ray 2013)

... Quel plaisir de retrouver le compagnon Walter Brennan !


Oui comme tout ceux de la bande de la John Ford Stock compagny, même si ses meilleurs rôles avec le Duke , Walter Brennan les aura eu avec Howard Hawks.

Walter Brennan c'est pour moi avant tout l'inoubliable "Stumpy" dans Rio Bravo coucou (le seul qui c'est parmi de mettre des coups de balaies au cul du Duke haha )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Cochise29
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 29/06/2013

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Mer 17 Juil - 18:34

Admin a écrit:
le seul qui c'est parmi de mettre des coups de balaies au cul du Duke haha )


Oui c'est exact, tu as raison.
Rio Bravo est le film que l'on reconnait par cette bonne et juxtaposition de bons acteurs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truegrit.fr.gd/
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Mer 17 Juil - 23:22

Scène culte, les 4 as de Rio Bravo, Le Duke, Dean Martin, Ricky Nelson, et le dernier but not the least, WALTER BRENNAN (à l'harmonica) :


http://www.youtube.com/watch?v=8yz-nlseVOc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Mer 17 Juil - 23:28

Un petit bonus Walter Brennan :

http://www.youtube.com/watch?v=IiNEw2DXOdo

La ballade de Walter Brennan - Vieux Rivers, un jour je vais grimper cette montagne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Cochise29
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 29/06/2013

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Jeu 18 Juil - 8:06

Merci pour cette balad.
C'est même touchant de l'entendre.
Dommage que les photos soient floues et pas assez variées.
Mais merci. coucou 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truegrit.fr.gd/
Nathan Cutting Brittles
Tireur d'élite.
Tireur d'élite.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 113
Age : 46
Date d'inscription : 01/05/2012

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Jeu 18 Juil - 12:35

Cool bravo 
Le doubleur Français a bien fait son job  dans Rio Bravo , j' ai vraiment l' impression que c' est la même voix , mais en Anglais Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cochise29
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 29/06/2013

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Jeu 18 Juil - 16:46

Bonne remarque.cheers 

C'est également un peu le cas pour l'acteur qui joue le Shériff dans "L'homme qui tua Liberty Valance", alors déception avec le nouveau doublage pour le Blu-Ray. (Au cas où certains nous trouverez "chauvin" Pro-Wayne. Ici il s'agit d'un autre acteur.)faché 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truegrit.fr.gd/
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 58
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Sam 31 Aoû - 6:25


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 58
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Ven 6 Sep - 17:32


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 58
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Mar 10 Sep - 17:39


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 58
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Sam 16 Nov - 7:36


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 58
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Sam 14 Déc - 7:14


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 58
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Mer 29 Jan - 19:30


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 58
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Sam 22 Mar - 7:08


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 58
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   Sam 6 Déc - 8:12


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La rivière rouge - Red River - 1948   

Revenir en haut Aller en bas
 
La rivière rouge - Red River - 1948
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La rivière rouge - Red River - 1948
» Le Pistolero de la rivière rouge:
» La rivière sans retour. River of no return. 1954. Otto Preminger.
» La Rivière rouge:
» Le réveil de la sorcière rouge - Wake of the Red Witch -1948

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
John Wayne, un homme, une légende :: John Wayne. :: Les films de John Wayne.-
Sauter vers: