John Wayne, un homme, une légende


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Mar 27 Nov - 12:49

L'homme tranquille. The quiet man. 1952







The Match Maker ( From the Quiet Man )






Vidéo en français
l'homme tranquille john ford 1952




Sean Thornton revient à Inisfree, son village natal, où il a décidé de se fixer après avoir été boxeur en Amérique. Il achète à Mrs. Tillane le cottage de White O'Mornin' que convoitait depuis longtemps "Red" Will Danaher. Ce dernier est furieux, et le fait que sa sœur Mary Kate et Sean se plaisent ne facilite pas la situation.

Ils se marient grâce à la complicité du pasteur Lonergan et du cocher Michaeleen Flynn, l'homme à tout faire du village.

En réponse, Will refuse de payer la dot de sa sœur ainsi que l'exige la coutume... Will ne cherche qu'à provoquer Sean en combat singulier, mais ce dernier reste fidèle à ses convictions de non-violent. Jusqu'au jour où, le prenant pour un lâche, Mary-Kate le quitte. Cette fois, c'en est trop : Sean se précipite à la gare, se saisit de son épouse et la traîne littéralement jusqu'à la ferme des Danaher ; là, il se retrouve face à face avec Will. A travers les champs et les près, jusqu'au village, le combat est long, brutal, épuisant, mais tous les habitants y assistent avec passion. Aucun des adversaires n'aura le dessus, mais le calme revenu dans la petite communauté, Red Will se réconciliera avec son solide gaillard de beau-frère.




"C'est ma première tentative d'histoire d'amour. Je voulais tourner une histoire d'amour entre adultes", déclarait John Ford.

Alors que Le mouchard (1935) et The plough and the stars (1936) avaient pour sujet la lutte des patriotes irlandais contre l'oppression britannique et avaient été tournés à Hollywood, L'homme tranquille, réalisé en Irlande, décrit un pays qui semble politiquement en paix, même si on peut relever quelques allusions dans les dialogues.

Sean Thornton retrouve son Irlande natale à la manière dont Ford peut lui aussi fouler à son tour la terre de ses ancêtres. L'herbe est encore plus verte que dans la tradition et Maureen O'hara est bien la plus rousse de toutes les irlandaises.

Autour d'elle, de Sean et de Red Will, le frère de Mary Kate, gravite tout un petit monde pittoresque et haut en couleur, de Michaeleen Oge Flynn, le cocher, au vieux Dan Tobin, génialement joué par Francis Ford et qui se relève de son lit, alors qu'on le croyait mourant, pour assister au combat entre Sean et Red Will.

Republic Pictures, qui avait produit le film sans enthousiasme, récoltera avec lui l'un de ses plus grands succès populaires et critiques. L'homme tranquille remportera les Oscars de la meilleure mise en scène et de la meilleure photographie, et sera nommé -sans les obtenir- pour les oscars du meilleur film, de la meilleure interprétation masculine de second plan (Victor McLaglen), du meilleur scénario, du meilleur décor et du meilleur son.
Genre : Comédie sentimentale


(The quiet man). Avec : Avec : John Wayne (Sean Thornton), Maureen O'Hara (Mary Kate Danaher), Victor Mc Laglen ("Red" Will Danaher), Barry Fitzgerald (Michaleen Flynn), Ward Bond (le père Peter Lonergan), Mildred Natwick (Sarah Tillane), Francis Ford (Dan Tobin), Eileen Crowe (Mrs Elizabeth Playfair), Arthur Shields (le père Playfair). 2h03.





Voir : Photogrammes


The Dubliners et andré Rieu




Dernière édition par Admin le Sam 20 Nov - 6:22, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Mar 27 Nov - 12:55








Dernière édition par Admin le Mer 14 Mai - 21:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Mar 27 Nov - 12:58

L'Homme tranquille

The Quiet Man fight (John Wayne)




Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Homme tranquille (The Quiet Man) est un film américain réalisé par John Ford et sorti en 1952.



Synopsis

Suite à la mort de son adversaire au cours d'un combat, le boxeur Sean Thornton décide d'abandonner sa carrière en Amérique et de regagner son Irlande natale pour s'y installer et y couler des jours paisibles. Il s'attire pourtant rapidement l'animosité de Will "Red" Danaher en rachetant le cottage que ce dernier convoitait. Les rapports amoureux que Sean et Mary Kate, la sœur de Will, vont nouer, ne vont rien arranger.

Fiche technique


Dernière édition par Admin le Dim 23 Mar - 20:46, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Mar 27 Nov - 13:03


Par une belle journée printanière, un ancien boxeur américain, Sean Thornton, fait son retour sur le sol de son Irlande natale. Désireux de racheter le lopin de terre et la chaumière que ses parents possédaient jadis près d’Innisfree, petit village quelque part dans le comté du Connacht, il se heurte d’emblée à l’animosité de Red Will Danaher, qui lui aussi a des vues sur ces terres. Sean obtient gain de cause, ce qui attise le ressentiment de Danaher à son encontre. La situation se complique lorsque Sean, amoureux de la propre sœur de Will, l’impétueuse Mary Kate, se met en tête de l’épouser...


S’il est une œuvre que Ford aura longtemps mûrie c’est bien The quiet man, ce qui suffit à prouver l’importance qu’attachait le célèbre borgne à ce projet qui devait lui permettre de renouer avec ses racines de la Verte Erin. C’est en 1936 que, pour la somme dérisoire de dix dollars, le cinéaste avait acquis les droits d’adaptation de la courte nouvelle de Maurice Walsh, publiée trois ans plus tôt dans le Saturday Evening Post. Au cours des années qui suivirent Ford n’eut de répit de tenter d’imposer son projet aux principales majors, notamment toutes celles pour lesquelles il œuvra durant ces années, Twentieth-Century-Fox, RKO, Metro-Goldwyn-Mayer. Partout la réponse des moguls était la même : ils ne risqueraient pas un sou vaillant pour cette petite romance irlandaise ‘idiote’ qu’ils jugeaient dépourvue de tout potentiel commercial. A l’origine, le projet de Ford était pourtant plus ambitieux par le fond ; il avait envisagé de situer la chronique sentimentale de Walsh dans un contexte Irlandais beaucoup plus politisé et violent, faisant appel à l’auteur de How Green Was My Valley, Richard Llewelyn, pour s’acquitter de cette tâche.

Après guerre, Ford remet le couvert. Il dispose désormais d’un script volumineux et ambitieux, a fondé avec son vieux complice Merian C. Cooper sa propre compagnie de production, Argosy, et surtout s’est forgé son casting idéal : Thornton ne peut qu’avoir les traits et la carrure du Duke et cette mégère apprivoisée de Mary Kate ne saurait s’incarner que sous la flamboyance rousse de son ancienne interprète d’Angharad. Si les studios sont toujours aussi réticents, les comédiens, eux, sont immédiatement conquis. Wayne accepte de réviser ses prétentions financières à la baisse, abandonnant son habituelle participation aux bénéfices pour se ‘contenter’ d’un fixe de 100 000 dollars. La belle Irlandaise, que le réalisateur contacte sur le plateau de tournage de The Spanish Main de Frank Borzage, se montre encore plus enthousiaste et assure à Ford qu’elle sera à sa disposition dès que celui-ci se montrera prêt, entérinant ce contrat par une simple poignée de mains. Plus tard elle manifestera encore sa motivation en tapant elle-même les copies du script dans un souci de réduction des coûts budgétaires et en participant activement à la sélection des lieux de tournage. Ford parvient finalement à convaincre la RKO de financer son projet, mais en contrepartie devra livrer deux autres films à la compagnie. La mise en œuvre de L’homme tranquille reste subordonnée à l’éventuel succès que rencontrera le premier des films du deal ; mais Dieu est mort s’avère l’un des plus grands flops critiques et commerciaux de la carrière de Ford : adieu The quiet man... Peu après, la London Films de Korda s’intéresse au projet. Malheureusement, le projet achoppe pour causes de différents contractuels...

Finalement, c’est John Wayne, sous contrat avec la Republic dont il représente la plus value patentée, qui va peser de tout son poids pour permettre à Ford de mener à bien son projet. Herbert J. Yates, le patron du studio, désire pouvoir financer des films plus prestigieux que le tout venant de sa production habituelle. Néanmoins, Yates n’est pas plus convaincu que ses confrères du potentiel de L’homme tranquille. Et pour une petite structure comme la sienne, le budget de tournage requis par Ford pour monter son projet représente au bas mot la totalité des fonds investis dans la production de toute une année de films Republic ! Ford doit donc accepter une nouvelle fois un deal de trois films. Il doit d’abord livrer un western en noir et blanc, bâti autour de la même distribution, et dégager suffisamment de profits pour combler les pertes que ne manquera pas d’engendrer sa chronique irlandaise. Si, comme vous l’a expliqué Jeremy Fox, Rio Grande n’est qu’un western à demi satisfaisant, il ne s’avère pas moins le plus gros succès commercial jamais rencontré par la firme à l’aigle. Quinze ans après ses premières tentatives, Ford peut enfin se lancer à corps perdu dans la matérialisation de son rêve, et ce ne sont pas quelques derniers conflits qui vont le freiner : obtenir de Yates de pouvoir tourner six semaines outre Atlantique, et bénéficier de vraies caméras Technicolor et non du noir et blanc ou même de ce pis-aller qu’aurait représenté le recours au procédé couleurs maison aux teintes ocres et brunes (cf. Johnny Guitar), le Trucolor. Ford finit par obtenir gain de cause, les caméras sont acheminées de Londres vers Cong, bourgade sensée représenter le petit village fictif d’Innisfree, tandis qu’au cours de l’été 1951 la petite famille fordienne émigre sous les cieux Irlandais.

Famille fordienne... Le terme n’est pas exagéré. Dans son entreprise, Ford s’est entouré de tous ses plus fidèles collaborateurs, dont quelques-uns sont des Irlandais de pure souche. John Wayne voyage avec ses trois jeunes enfants ; deux des frères de Maureen O’Hara font aussi partie de la distribution ; le propre fils du fidèle Victor Mac Laglen, Andrew, est assistant réalisateur ; Barry Fitzgerald y côtoie, comme dans How green was my valley, son frère Arthur Shields, pour une fois distribué dans un rôle sympathique, celui du révérend protestant ; et le propre frère aîné de John Ford, Francis, qui fut en son temps une vedette du muet et qui contribua pour beaucoup à introduire le réalisateur dans le milieu hollywoodien y incarne avec truculence la figure ancestrale du village. Faut-il s’étonner dès lors que, de toutes les œuvres de Ford, L’homme tranquille soit celle qui respire le plus ouvertement la chaleur et la complicité ?

Evidemment, ce sentiment de plénitude transparaissait déjà notamment dans de nombreuses séquences de Qu’elle était verte ma vallée, avec lequel ce film établit de nombreuses connections. S’il n’était pas Irlandais mais Gallois, Sean Thornton pourrait presque être l’un de ces fils de la famille Morgan, exilé vers l’Eldorado américain, faute de travail, et, fortune accomplie, renouant trente ans plus tard avec ses racines pour en quelque sorte boucler la boucle. Aussi, si la chronique attendrie de son glorieux aîné laissait percer une mélancolie sourde et bouleversante, The quiet man, même s’il n’est pas exempt de petites aspérités dramatiques, n’est presque qu’une célébration solaire de la vie, ou plus précisément d’une renaissance à la vie. Car le projet initialement engagé de Ford, sympathisant notoire de la cause du Sin Fein, s’est évaporé sous la plume volontiers élégiaque de Frank Nugent, coscénariste de La charge héroïque. Tout juste subsiste t-il un embryon de déclaration partisane, émis par ce diable de Michaeleen Flynn (merveilleux Barry Fitzgerald) face aux deux représentants de l’armée irlandaise lors de la première séquence au pub local. Mais les soldats eux-mêmes prônent désormais la paix : cette chronique est celle des retrouvailles, elle ne saurait s’obscurcir de revendications indépendantistes. Que le pittoresque poivrot de service soit le vecteur de l’affirmation patriotique suffit à en restreindre la portée.

D’ailleurs l’Irlande peinte par Ford est une Irlande fantasmée, peuplée d’individus volontiers buveurs, hâbleurs et bagarreurs, en quelque sorte l’image de l’Irlande telle que se la représentent tous les Américains. Les tempéraments sont volcaniques, d’abords primitifs, mais la générosité s’y manifeste sans détour. On y accueille l’enfant du pays à bras ouvert, on fait front avec lui face à l’adversaire. Dans cet élan humaniste, tous sont associés, catholiques comme anglicans, représentants du dogme comme laïcs, les uns complotants avec les autres pour permettre aux tourtereaux amoureux de faire triompher leur romance. Trois ‘Notre Père’, et le blasphème est oublié. Alors certes les messes protestantes sont désertées, mais qu’à cela ne tienne, la même solidarité interviendra pour sauver les apparences et permettre aux gardiens du temple de conserver leur paroisse. Vision idyllique et naïve d’une nation irlandaise au grand cœur ? Sans doute, mais il fait si bon s’y plonger. Et miracle, la réalité semble avoir rattrapé la fiction puisque l’église sur le parvis de laquelle Sean et Mary Kate établissent leur premier contact s’avère en définitive un temple mis de bonne grâce à la disposition du cinéaste par les autorités protestantes...

Sacralisation et idéalisation se retrouvent également dans la représentation picturale de ce petit coin de paradis, Irlande occidentale confectionnée de mille lieux épars traversés de petits ruisseaux aux flots empourprés, de larges prairies verdoyantes baignées d’une lumière radieuse venant caresser les boucles rousses d’une improbable bergère au napperon rouge, et où les éléments ne se déchaînent que pour souligner les élans sensuels d'un couple d’une portée presque mythologique. Dans cette imagerie, toute représentation réaliste est proscrite, et qu’importe alors qu’une même séquence fasse cohabiter close-ups de studio saturés des chromos primaires du Technicolor et plans plus naturels d’une course de chevaux le long d’une plage au crépuscule. Seul compte le plaisir de la rétine.

Sous son apparence de grande simplicité, cette chronique sentimentale et disgressive n’est pourtant pas sans nuances. Car elle conte avant tout la renaissance d’un homme, Sean Thornton, qui porte sur sa conscience un lourd fardeau. Cette force de la nature est un ancien boxeur renommé dont les coups sur le ring ont provoqué la mort d’un valeureux adversaire. Sa placidité n’est que faux-semblant, elle est mue par une farouche volonté d’exorcisme, et le retour au pays n’est pas loin de s’inscrire dans le cadre de cette recherche d’apaisement. Reste que le retour aux sources n’était peut-être pas la destination idéale. Car s’il est un aspect que le script de Nugent n’occulte pas, c’est bien le poids des traditions gaéliques. Pour se reconstruire totalement, Thornton devra faire table rase de son passé américain, et se familiariser avec les contraignantes mœurs et coutumes irlandaises, en éprouvant sa patience et par-là même sa fierté. Sous le calme apparent, Thornton brûle des mille feux de la passion, et Wayne traduit admirablement le combat que son tempérament et sa raison se livrent sans relâche, encaissant les brimades et les humiliations verbales que lui valent ses nouvelles velléités pacifistes avec chaque fois moins de détachement, jusqu’à l’implosion finale qui le voit traîner la pauvre Maureen O’Hara à travers champs, sur ce même air de reel initié par Michaeleen et qui aura merveilleusement rythmé tout le récit, pour se laver de toutes ses inhibitions dans un affrontement homérique face à Victor Mac Laglen ; bagarre aujourd’hui entrée dans la mythologie hollywoodienne.
La représentation est désormais terminée. Les acteurs peuvent saluer leur public, comme les comédiens le font à la fin de tout spectacle qui se respecte. Une question subsiste : que peut donc bien murmurer Maureen à l’oreille du Duke pour susciter cette réaction de surprise non feinte ? La comédienne n’est pas connue pour être prude, mais avait fait jurer au réalisateur, qui lui avait soufflé les mots, de n’en jamais révéler la teneur. Cette image témoigne en tout cas du tempérament affiché par les deux comédiens et de l’alchimie peu commune que dégage leur association : ‘Impetuous, Homeric !’ commente à tort Barry Fitzgerald à la vue de leurs supposés ébats dans le film. Nous aurions envie de reprendre la formule à notre compte. Une association de légende, à l’image d’un film qui s’est imposé avec le temps comme l’un des favoris du grand public, à côté des œuvres plus ambitieuses comme Les raisins de la colère, Qu’elle était verte ma vallée ou La prisonnière du désert, entre autres. L’homme tranquille, outre un immense succès commercial, obtint trois oscars, dont un pour la mise en scène de Ford, qui n’a jamais été moins ostentatoire. Ce n’est que justice, car comme le dit Maureen O’Hara, il n’y est question que ‘’de mariage, de bonheur, du respect des uns pour les autres, comme on en trouvait en Irlande en ce temps là et comme on en trouve encore à la campagne’’. Il paraît que "L’Irlande est encore comme ça, un merveilleux pays plein de gens qui ont offert le meilleur d’eux même au monde entier". Rejoignez donc les rangs des pèlerins vers Cong, ou à défaut vers la destination cinématographique d’Innisfree...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Mar 27 Nov - 13:04

Une édition zone 2 de ce merveilleux John Ford est distribuée depuis 1999 par les éditions Montparnasse. Cette édition, totalement dépourvue de suppléments, comme la grande majorité des titres de la collection Diamant n’est certes pas une hérésie, mais attendu que le film a fait l’objet d’une restauration complète il y a une dizaine d’années de cela, on était en droit d’attendre mieux au niveau de l’image. Au passif du zone 2, une copie tirant un peu trop sur le jaune, des couleurs qui ont tendance à baver (le rouge notamment et de façon générale toutes les couleurs dans les plans larges), une définition approximative dans les arrières plans. Néanmoins, la compression est satisfaisante, les défauts de pellicule (points blancs, saletés) restent nombreux mais finalement assez discrets et peu pénalisants pour un bon confort visuel. L’édition zone 1 sortie en novembre par Artisan remédie t-elle à ces menus problèmes ? A première vue, oui, mais... Ah les couleurs sont belles, éclatantes, presque trop parfois. L’image fait preuve d’un surcroît de luminosité appréciable sans sacrifier pour autant les contrastes. La palette de couleurs est nettement plus riche : prenons par exemple cette scène où Sean Thornton se recueille devant la chaumière de son enfance. Les nuances de vert de la prairie sont infiniment plus riches, la rivière en amont fait montre de reflets plus variés, du bleu au violet, les murs de pierre gris de la chaumière ressortent distinctement alors que dans l’édition zone 2 ils se noyaient un peu dans la verdure. De même, le rouge des lèvres de Maureen O’Hara ne bave plus, les reflets des flammes sur sa chevelure ne lui confèrent plus cet étrange aspect doré, les cieux sont d’un bleu immaculé, les noirs de la nuit d’orage sont bien plus profonds, et les blancs des pierres de la ferme des Dannaher n’ont plus cet aspect un peu brûlé qu’ils affichaient sur le zone 2. Côté propreté de la copie, il n’y a aucune différence notable, ici les points blancs laissant bizarrement place à quelques points...rouges. Alors, hallelujah, victoire du collector Artisan par KO dès la première reprise ? Non ! car la compression est dé-sas-treu-se ! Les arrière-plans fourmillent et pixelisent, même les plans fixes : une vraie purée de pois, particulièrement pour les scènes d’extérieur...C’est que le DVD 9 avec son long métrage de 130 minutes, ses deux longues featurettes d’une demi-heure, son menu d’accueil animé sinon musical, ses clips promotionnels, ses diverses pistes audio est plein à craquer, il n’y a pas d’autre explication possible, Artisan ayant récemment prouvé avec le Pursued de Walsh que ses techniques de mastering digital ne devaient rien à personne. Mais pourquoi diable n’avoir pas opté pour une édition double DVD ?
Au niveau du son, l’édition Artisan ajoute à la piste originale mono du DVD Montparnasse une piste restaurée et dite ‘’enhanced ‘’, qui n’apporte pas grand chose en soi mais ne dénature rien non plus. Disons que l’ouverture musicale se fait sur les trois frontales, ce qui élargit un peu le champ sonore, et permet d’isoler un peu mieux les dialogues. Néanmoins la version mono originale s’avérait déjà très claire. En revanche, si vous optez pour le zone 1 vous devrez faire votre deuil de la version française, ce qui en soit n’est pas grave, mais aussi et ceci sera rédhibitoire pour la grande majorité, de tout sous-titre, qu’il soit français ou même anglais (Le DVD Montparnasse offrait la VF, la VO non sous-titrée et une version originale nantie de sous-titres blancs parfaitement dimensionnés).

DVD Zone 2
Editions Montparnasse
Format 4/3 1.33 :1
Langues : Anglais 2.0 et Français 2.0
Sous-titres : Français
129’



Vous l’aurez compris, si vous favorisez l’acquisition du zone 1 c’est que vous privilégiez les suppléments. Et de ce côté Artisan nous gâte, avec deux documentaires passionnants, quoique quelque peu redondants, d’abondantes notes de production, un clip commémoratif, des biographies, quelques trailers et last but not least, un commentaire audio.


Commençons par ce commentaire audio. C’est Mary Kate Dannaher elle-même qui s’y colle, j’ai nommé Maureen O’Hara. A 82 ans la mythique comédienne, toujours bon pied bon œil, dispense nombre d’anecdotes passionnantes sur le tournage, évoquant notamment la conduite volontiers dictatoriale et paternaliste de Ford, mais avec respect et tendresse, ses relations avec le Duke (où l’on apprend que la violence de leurs rapports n’était pas feinte, la comédienne s’étant brisé les os de la main en le giflant lors de leur première confrontation dans la chaumière) et éclaire de ses lumières de native Irlandaise les repérages topographiques. Certes la comédienne est un peu courte sur la longueur et le commentaire n’a rien de très technique, mais il se suit néanmoins avec intérêt.

The making of the quiet man est un documentaire de 28 minutes, initialement tourné pour la télévision en 1992, et présenté par l’ineffable Leonard Maltin. Il s’attache plus précisément à la genèse du film : versions du scénario, constitution du casting, accueil critique et commercial, ainsi qu’aux rapports de travail entre Ford et John Wayne, son interprète fétiche. Ce document est découpé en douze chapitres.

Le second documentaire, The quiet man : the joy of Ireland (30’) fait quant à lui la part belle aux anecdotes de tournage, via des interviews de Maureen O’Hara, encore elle, et d’Andrew Mac Laglen qui fit ses débuts comme second assistant sur le film. L’une et l’autre témoignent de la spontanéité du style de Ford (ou de son mythe, O’Hara nous apprenant que dans un certain nombre de cas elle répétait ses scènes en cachette avec Wayne, Ford y étant opposé et ventant les mérites de l’improvisation une fois la scène tournée !), et témoignent notamment des conditions de vie et de l’accueil des villageois de Cong le temps du tournage.

Pour les plus paresseux, l’essentiel des informations dispensées par ces deux documentaires sont synthétisées dans seize pages fixes de notes de production, en Anglais of course. Une mine d’informations.

Pour en savoir plus sur l’équipe technique et les comédiens, direction la traditionnelle section Cast and Crew. Il ne s’agit pas de simples filmographies ici, mais de notes bibliographiques détaillées concernant John Wayne (Sean Thornton), Maureen O’Hara (Mary Kate Dannaher), Barry Fitzgerald (Michaeleen Flynn, le bookmaker et entremetteur), Victor Mac Laglen (Red Will Dannaher), Ward Bond (Père Lonnergan), John Ford et le co-fondateur d’Argosy pictures, co-producteur et ex-réalisateur (King Kong et Les Chasses du comte Zaroff) Merian C. Cooper.

Remembering the quiet man : montage est un clip musical de trois minutes d’un intérêt plus que discutable. Les images du film sont égrainées sur fond d’une musique vaguement new age, Irish Meadows, composée par Michael Kroos. Une bien étrange association...
Restent les trailers au nombre de trois. Attention, il ne s’agit pas de bandes-annonces originales mais de clips publicitaires pour les éditions collector de L’homme tranquille, de Rio Grande et du Train sifflera trois fois... Pour les amateurs, la bande-annonce originale de L’homme tranquille est néanmoins incluse dans le Making of the quiet man.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Mar 27 Nov - 13:25

John Wayne et l'Irlande




John Wayne est né dans une famille modeste et presbytérienne, son père est Clyde Leonard Morrison, d'ascendance irlandaise et écossaise et fils d'un vétéran de la Guerre de Sécession. Sa mère est Mary Alberta Brown, d'origine irlandaise.



Mais surtout John Wayne et le fils spirituel et le fils cinématographique de John Ford, le plus irlandais des réalisateurs américains, qui en compte tant, avec qui il a tourné cet hymne magnifique à l'Irlande profonde :

John Ford :

John Martin Feeney est né dans une famille d'immigrants irlandais. Son père est originaire de Spiddal dans le comté de Galway et sa mère, des îles d'Aran.




L'Homme tranquille (américain, 1952) : de John Ford. The Quiet Man raconte l'histoire d'un boxeur américain qui revient en Irlande, l'île de ses ancêtres. Adapté d'un roman irlandais par un monstre sacré du western hollywoodien (de son vrai nom, John Ford s'appelait Seán O'Fearna), le film fut tourné dans le Connemara, à Cong (où le pub du film est devenu le pub The Quiet Man), et dans ces merveilleux paysages de collines et de lacs de l'Ouest. Ford engagea des acteurs américains d'origine irlandaise : John Wayne, le roi des cow-boys, et Maureen O'Hara, la plus célèbre rousse aux yeux verts que l'Irlande ait jamais déléguée à Hollywood.


Dernière édition par le Mar 27 Nov - 13:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Mar 27 Nov - 13:28

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Dim 20 Jan - 5:16



















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Dim 20 Jan - 5:17






Dernière édition par Admin le Ven 18 Avr - 6:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Ven 18 Avr - 6:02

Sympathique vidéo sur une musique actuelle, bel hommage au couple mythique John Wayne, Maureen O'Hara

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Dim 11 Mai - 14:20

L'Homme tranquille (The Quiet man)

http://www.iletaitunefoislecinema.com/




L'Homme tranquille (The Quiet man)


Article de Nadia Nasr


John Ford signe ici son grand retour en Irlande, et offre une magistrale leçon de style : il sublime une histoire d’amour en y insufflant toute sa propre vision du monde, et réalise au passage une comédie hilarante.

L’Homme tranquille (The quiet Man), film que John Ford réalisa en 1952, est une surprise – une surprise enchantée. Car, malgré un titre qui annonce un western, le film se situe dans un registre tout autre : celui de la comédie sentimentale. Ford lui-même en donne la meilleure présentation, en deux phrases souvent citées : "C'est ma première tentative d'histoire d'amour. Je voulais tourner une histoire d'amour entre adultes." Propos fort éclairants, qui offrent les clés principales à sa compréhension, et qui aident à prendre la mesure de l’immense palette du cinéma de Ford.

Un amour de conte de fées

Le thème principal de L’homme tranquille est une belle histoire d’amour - véritable défi pour Ford, qui a longtemps et soigneusement évité le genre. Il s'agit de l'unique film du cinéaste qui traite de la complexité des relations amoureuses, et l'oeuvre mérite, à ce seul titre, qu’on s’y penche.

Le héros est Sean Thornton (John Wayne), un Américain qui revient dans son Irlande natale pour s’y installer. Il rachète le cottage où il est né, et projette d’y vivre avec femme et enfants. Il trouve une fiancée, Mary Kate Danaher (Maureen O’Hara), orgueilleuse et pleine de préjugés. Son frère, « Red » Will Danaher (Victor Mc Laglen) refusant de lui donner sa dot – ses précieux meubles et ses non moins précieuses pièces d’or, elle refuse de partager le lit de l'homme, tant qu’il n’aura pas récupéré la dot à la force de ses poings. Malgré un amour réciproque, les deux héros ont donc à surmonter leurs propres préjugés et autres démons intérieurs, pour pouvoir s’ouvrir à une relation mature – d’où la mention «entre adultes », de Ford qui prend tout son sens.

On passerait totalement à côté du film et, plus encore, de sa signification hautement personnelle pour Ford, si l’on ne prenait pas en compte l’importance de son contexte irlandais. Lui-même d’origine irlandaise, Ford trouve ici l’occasion de revenir sur la terre de ses aïeuls, et de réaliser ce film qu’il gardait comme projet depuis des années. Ainsi, situé en Irlande, le récit développe un ton qui lui est bien particulier, et qui en fait toute l’originalité. Le film frappe par la beauté de paysages – filmés en extérieur, et utilisés par Ford de manière très subtile : symboles de la passion des amoureux, ils créent un lyrisme visuel qui rappelle celui, littéraire, des Hauts de Hurlevent de Charlotte Brontë. Ici aussi, la force des sentiments est retranscrite par une nature expressive – le vent souffle sur le couple alors qu’il s’étreint, le tonnerre interrompt leur tête-à-tête près de l’église, et la pluie s’abat sur eux. La nature devient ainsi un personnage à part entière, magnifiquement servi par le technicolor, et qui ringardise d’emblée les gros plans réalistes des scènes d’amour contemporaines

Tous ces éléments confèrent au film une atmosphère enchanteresse, de laquelle tout réalisme est écarté, le film empruntant plus au conte de fées qu’au mélodrame. Nombre d’éléments sont irréels : le village où a lieu l’action, Inisfreee, n’existe pas, avec son herbe plus verte que la tradition ; l’époque est incertaine ; sans parler de la description idyllique d’une Irlande politiquement en paix. En réalité, Ford est à l’aise avec ce décor assez éloigné de la réalité, ce dernier lui permettant de créer un monde totalement imaginaire, dans lequel il laisse la place à sa vision personnelle du monde.

Une comédie humaniste

Le décalage avec la réalité n’est en rien fortuit dans cette fable, qui est aussi une vraie comédie. Ford y exprime un humour truculent et bienveillant, qui tire avec bonheur vers la farce hilarante. Les personnages sont tous plus farfelus les uns que les autres – au premier rang Maureen O’Hara, la plus rousse de toutes les Irlandaises, et John Wayne, qui semble constamment échappé d’une partie de golf ! Autour d’eux gravite un petit monde pittoresque et haut en couleurs, de Michaeleen Oge Flynn, le cocher jamais en reste pour une tournée au bar, à Red Mills, le frère de Mary Kate, grand gaillard dont la mauvaise foi n’a d’égal que son coeur d’artichaut.

Le film recèle des instants savoureux au burlesque tout « chaplinien » : ainsi, lorsque Wayne jette sa toute jeune mariée dans le lit nuptial (d’où elle le tient écarté), qui s’écroule sous son poids et la laisse les quatre fers en l’air, dans sa chemise de nuit ; ou lorsqu’il la traîne à travers champs et vallées, la faisant tomber par terre et se relever aussitôt, si proche des clowneries de Keaton, voire des personnages de Tex Avery. Il y a aussi le moment – purement génial – où un vieux du village, mourant dans son lit et à qui on lit les derniers sacrements, se relève avec grand naturel, attiré par ce qui se passe au-dehors.

Or, comme souvent dans les comédies sentimentales, le film porte en lui un propos plus profond. A l’instar de La mégère apprivoisée (avec laquelle il a des points communs), L’Homme tranquille est une comédie sur la fierté et l’indépendance. On apprend en effet que Sean était un boxeur très connu en Amérique, et qu’au cours d’un combat il a tué un homme. Son retour au pays est donc intimement lié à ce dernier combat, qui conditionne jusqu’à son amour pour Mary Kate, car il refuse de se battre pour elle, même à sa demande expresse. L’ambiance de camaraderie alcoolisée qui règne à Inisfree ramène justement Sean à son passé de cogneur, dont la douleur coupable est révélée tardivement par Ford, dans un flash-back unique mais particulièrement fort. Finalement, son amour contrarié a valeur de catharsis pour Sean, qui empêche Mary Kate de s’enfuir et obéit à son voeu : il affronte son frère et joue l’acte final. Dès lors, le combat lui-même n’a qu’une importance relative, et finit dans l’harmonie universelle : vainqueur et vaincu assis à la même table et Mary Kate, fière d’avoir retrouvé sa place derrière ses fourneaux.

Cette histoire développe ainsi un des nombreux conflits passionnels qui ont toujours intéressé Ford : Wayne et O’Hara incarnent la rencontre de l’Amérique anticonformiste (qui s’est forgée sur un ring de boxe), et de l’Irlande traditionnelle (celle des femmes soumises à l’autorité patriarcale, obtuse et ridicule). Et c’est l’idéal fordien, fondé sur un humanisme généreux, qui réconcilie ces deux univers, présentant le plus juste des combats : celui mené pour l’amour de l’être cher, et rendant à l’homme toute la tranquillité à laquelle il aspire.

Composé d’un savant mélange de fantaisie, d’humour et d’émotion, L’Homme tranquille fut une des œuvres préférées de Ford, et un de ses plus grans succès populaires et critiques (il remporta les Oscars de la meilleure mise en scène et de la meilleure photographie). Son rythme modéré, son style sobre et puissant, toujours empreint de poésie, illustrent l’insouciance et la maturité que l’art de Ford a acquis avec le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 59
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Lun 1 Mar - 18:46





_________________


Dernière édition par lasbugas le Ven 8 Avr - 10:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 59
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Mar 2 Mar - 18:11


_________________


Dernière édition par lasbugas le Ven 8 Avr - 10:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 59
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Sam 6 Mar - 11:17


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 59
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Dim 7 Mar - 17:58


_________________


Dernière édition par lasbugas le Ven 8 Avr - 10:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 59
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Sam 13 Mar - 14:13


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 59
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Sam 27 Mar - 6:46


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 59
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Mer 7 Avr - 11:13


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 59
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Ven 16 Avr - 10:36


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lasbugas
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5623
Age : 59
Localisation : TOULOUSE
Loisirs : WESTERN
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Dim 12 Déc - 18:04


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Dim 12 Déc - 18:13

Toujours le Duke et Maureen pour encore un chef d'oeuvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
liberty
Pistolero
Pistolero
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12
Age : 47
Localisation : paris
Emploi : cow boy
Date d'inscription : 12/12/2010

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Lun 27 Déc - 14:03

je dirais même plus (LE) chef d œuvre,un grand film de ford,et un casting de rêve! bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BigJake
Pistolero
Pistolero
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Age : 76
Localisation : (B)
Emploi : fini !
Loisirs : plein
Date d'inscription : 24/12/2010

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Mar 28 Déc - 12:41

le duo Maureen-Wayne, un régal cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
liberty
Pistolero
Pistolero
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12
Age : 47
Localisation : paris
Emploi : cow boy
Date d'inscription : 12/12/2010

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Mar 28 Déc - 16:44

et pourtant je ne suis pas branché film romantique,mais tu as raison big-jack un régal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   Mar 28 Déc - 19:45

liberty a écrit:
et pourtant je ne suis pas branché film romantique,mais tu as raison big-jack un régal.


100 % d'accord Liberty cheers Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952
» [Walsh, Maurice ] L'homme tranquille
» L'homme tranquille.
» "L'Homme Tranquille" - John FORD.
» Le top ten

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
John Wayne, un homme, une légende :: John Wayne. :: Les films de John Wayne.-
Sauter vers: