John Wayne, un homme, une légende


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La trilogie de la cavalerie de John Ford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: La trilogie de la cavalerie de John Ford   Sam 5 Déc - 8:34

La trilogie de la cavalerie, de John Ford


Le massacre de Fort Apache (Fort Apache, 1948) est un film mélancolique, où l’on croise autant de raideur que d’amour. On ne sait pas exactement à quoi tient cette mélancolie. A la solitude de John Wayne, l’homme juste mais solitaire ? Au sentiment de réclusion dans l’immensité des espaces à conquérir ? A l’impuissance de la cavalerie, commandée par un homme puissant mais qui se sent déclassé, et dont la frustration va gouverner ses prises de décisions ? Au fait de savoir mais de ne pouvoir agir, à l’atmosphère de corruption, à l’idée d’une paix possible mais toujours différée à cause de l’ignorance de quelques uns ? Ou peut-être au souvenir du cinéma muet.
Ford filme presque sans parole la naissance de l’amour chez une jeune fille de colonel. Il construit quelques scènes burlesques, seulement accompagnées de musique. Il y a de la passion, mais surtout de la maladresse. Une rencontre qui tarde à prendre.
Ford, au sujet des hommes et des femmes, c’est l’inverse de Hawks, et pourtant c’est le même propos. La femme est une entité dangereuse, bouleversante. Elle change tout. Mais Hawks la rend captive, tandis que Ford la veut conquérante. La rencontre entre les deux jeunes premiers se fait ainsi : il se lave, torse nu, au-dessus d’une bassine ; elle entre dans la pièce ; il est gêné ; elle tombe amoureuse – le corps désiré, c’est lui. Plus tard, elle le surprendra sur les jambes de son oncle, recevant une fessée amicale mais humiliante.
Les films de Ford sont aussi des traités philosophiques et éthiques. Le mensonge final de John Wayne, l’homme qui amène la réflexion et la dignité dans la guerre, est tout sauf convenu : éminemment troublant, il sort le spectateur de ses positions trop tranchées, de son identification morale ou de son rejet.

La charge héroïque (1949) est le seul film en couleurs de la trilogie. John Wayne y est grimé en vieillard aimable. Et l’on voit ces foulards jaunes (le titre original est She wore a yellow ribbon) que portaient les femmes de soldats lorsqu’ils partaient en mission, pour signifier leur attachement (à leur mari, mais aussi à ceux restant sur place pour les repousser).
Le passage à la couleur est un passage aux sentiments. On y voit John Wayne vieillir, parler à sa femme défunte sur sa tombe, et se préparer à faire ses adieux. C’est un film construit en forme d’adieu, dernière action d’un homme digne dont la vie toute entière fut dévouée à un métier qu’il va devoir quitter.
Ford se concentre non plus sur l’action mais sur son sens, sur ce qui s’agite autour et en-dessous, sur les enjeux intimes, moraux et historiques. Je ne sais pas s’il y a un réalisateur qui a autant réfléchi sur la nature de l’action.

Si La charge héroïque glorifiait l’homme seul, veuf, et valeureux, Rio Grande (Rio Grande, 1950) réintroduit les questions d’amour et de filiation. John Wayne a rajeuni, son fils est un soldat sous son commandement, et sa femme est de retour.
Ford n’a de cesse de revenir sur cette figure du Juste, de la questionner de nouveau, de la fragiliser. Il y a une tension qui naît entre la nature édifiante de ce cinéma (un corps dans un espace sauvage, triomphant de la mort par sa tactique, sa prouesse, son sens du groupe et de la direction de celui-ci) et la façon qu'a ce cinéma de toujours repartir à zéro. Chaque film semble partir d'une hypothèse qui contredit le précédent : et si John Wayne ne devait pas prendre sa retraite, et s'il avait un fils, et si sa femme revenait...
Tout le monde autour de John Wayne peut périr - mais là, avec l'arrivée du fils, son statut d'immortel est menacé (on lui vole son cheval, on lui plante une flèche dans la poitrine, on l'écarte du lieu où l'action se joue).
Enfin, Ford filme la cavalerie comme s’il s’agissait de troubadours. Leurs chants rythment l’action, habitent la journée, révèlent les sentiments des uns et des autres. Des troubadours, mais aussi des religieux. John Wayne le Juste pourrait tout aussi bien être un Saint. Qu’est-ce qu’une vie dévouée, quelles souffrances génèrent cette dévotion, et quels écarts d’avec le monde vivant ?


Publié par asketoner à l'adresse 06:31
Libellés : John Ford


Dernière édition par Admin le Ven 19 Nov - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
joyadamson
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Féminin
Nombre de messages : 889
Age : 68
Localisation : bethune
Loisirs : westerns
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: La trilogie de la cavalerie de John Ford   Sam 9 Jan - 19:32

ce sont trois tres beaux films sur la cavalerie et l'honneur, dans un decor magnifique monument valley.
dans ce film, Mildred Natwick chante "cavalrie", dans le convoi quand elle soigne le soldat blessé, est-ce la même chanson que celle du film "les cavaliers" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: La trilogie de la cavalerie de John Ford   Sam 9 Jan - 21:25

joyadamson a écrit:
... est-ce la même chanson que celle du film "les cavaliers" ?

Non c'est deux chansons différentes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
joyadamson
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Féminin
Nombre de messages : 889
Age : 68
Localisation : bethune
Loisirs : westerns
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: La trilogie de la cavalerie de John Ford   Sam 9 Jan - 21:31

scratch Et j'en demande peut etre beaucoup, mais est-ce qu'il y a quelqu'un qui a les paroles en anglais Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: La trilogie de la cavalerie de John Ford   Mer 3 Nov - 13:07

02 novembre 2010
La charge héroïque (1949) de John Ford



Titre original : « She wore a yellow ribbon »


Lui :
La charge héroïque est le deuxième film de la trilogie de John Ford sur la cavalerie. Il se déroule à l’époque qui suit celle de Fort Apache, c’est-à-dire juste après la défaite du Général Custer. Nous sommes dans un fort isolé qui est entouré de tribus indiennes sur le sentier de la guerre et dont le capitaine est à quelques jours de la retraite. John Ford nous emmène une fois de plus dans des paysages somptueux pour partager la vie de garnison (1). Son héros est un homme d’expérience, qui cherche à plus comprendre qu’à combattre les indiens. John Wayne, vieilli pour le rôle de quelque vingt années, montre ici de réelles qualités pour incarner cet homme de paix. Plus qu’une vision historique, c’est une réflexion sur le début de la vieillesse que nous propose John Ford : que fait un héros ordinaire quand il est mis à la retraite ? Ford se concentre sur les rapports humains, la complicité entre les générations chez les soldats de métier, la force des sentiments. Cette glorification de la vie militaire pourra bien entendu bloquer certains spectateurs mais il faut aller au delà pour apprécier le cinéma de John Ford, la simplicité d’une grande pureté amplifiée par les décors majestueusement graphiques de Monument Valley. La Charge Héroïque est avant tout un très beau film…
Note :
Acteurs: John Wayne, Joanne Dru, John Agar, Ben Johnson, Harry Carey Jr., Victor McLaglen
Voir la fiche du film et la filmographie de John Ford sur le site IMDB.
Voir les autres films de John Ford chroniqués sur ce blog…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
PierreTOm
Pistolero
Pistolero


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 23/08/2011

MessageSujet: Re: La trilogie de la cavalerie de John Ford   Mer 31 Aoû - 14:02

Je voulais vous remercier pour votre site.
J'ai récemment fait des recherches sur la "Trilogie de la Cavalerie" pour un dossier sur cette époque au Etats-Unis.

Grâce à votre forum j'ai pu avoir de nombreuses informations et je voulais vous en remercier.

Si vous souhaitez lire une partie du dossier, je l'ai posté sur le site d'une amie :
Lien vers dossier


Encore merci pour votre enthousiaste sur l'univers de John Wayne. ça m'a redonner envie de regarder ses autres films.
A Bientôt

Pierre-Thomas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
joyadamson
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Féminin
Nombre de messages : 889
Age : 68
Localisation : bethune
Loisirs : westerns
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: La trilogie de la cavalerie de John Ford   Mer 31 Aoû - 15:07

Merci pour le dossier et Bienvenue sur le site PierreTom,
J'espere qu'on te verras souvent sur le forum,
bettyboop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 3192
Age : 49
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: La trilogie de la cavalerie de John Ford   Jeu 1 Sep - 6:48

Merci PierreTom et bienvenue Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://john-wayne.top-forum.net
PierreTOm
Pistolero
Pistolero


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 23/08/2011

MessageSujet: Re: La trilogie de la cavalerie de John Ford   Ven 2 Sep - 7:46

Merci. ça sera avec plaisir Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Cutting Brittles
Tireur d'élite.
Tireur d'élite.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 113
Age : 47
Date d'inscription : 01/05/2012

MessageSujet: Re: La trilogie de la cavalerie de John Ford   Mar 1 Mai - 12:01

Mon préféré sur les 3 est La charge héroïque sans doute parce que c' est le seul en couleur, enfin moi les 2 autres , je ne les ai vu qu' en noir et blanc scratch

Et peut-être aussi parce que j' y retrouve un peu de la série Rintintin qui pourtant était en noir et blanc quand j' étais gosse lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
joyadamson
Duke's friend
Duke's friend
avatar

Féminin
Nombre de messages : 889
Age : 68
Localisation : bethune
Loisirs : westerns
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: La trilogie de la cavalerie de John Ford   Mar 1 Mai - 12:34

Bienvenue Nathan Cutting Brittles,

Avec ce speudo, c'était sur que tu aimes la trilogie, personnellement, j'aime les trois films autant,

Et peut-être aussi parce que j' y retrouve un peu de la série Rintintin qui pourtant était en noir et blanc quand j' étais gosse , tu as raison, je n'y avais jamais pensé, mais ça rapelle Rusty et rintintin.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabrice
Duke's friend
Duke's friend


Nombre de messages : 216
Date d'inscription : 15/10/2013

MessageSujet: Re: La trilogie de la cavalerie de John Ford   Mar 8 Avr - 9:09

joyadamson a écrit:
Bienvenue Nathan Cutting Brittles,

Avec ce speudo, c'était sur que tu aimes la trilogie, personnellement, j'aime les trois films autant,

Et peut-être aussi parce que j' y retrouve un peu de la série Rintintin qui pourtant était en noir et blanc quand j' étais gosse , tu as raison, je n'y avais jamais pensé, mais ça rapelle Rusty et rintintin.







 Wink Wink Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La trilogie de la cavalerie de John Ford   

Revenir en haut Aller en bas
 
La trilogie de la cavalerie de John Ford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La trilogie de la cavalerie de John Ford
» Les Sacrifiés - John Ford 1945
» "L'Homme Tranquille" - John FORD.
» Qu'elle était verte ma vallée - John Ford 1941
» Rio Grande - 1950

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
John Wayne, un homme, une légende :: John Wayne. :: Les films de John Wayne.-
Sauter vers: